La construction de la politique Le conservation des Monuments historiques en Lorraine, des origines à la première loi de protection (1887) I. Premiers pas (1830-1837) (première partie)
Georges Poull - p 5
Les destructions de la Révolution ont accéléré la prise de conscience de la nécessité d'une protection du patrimoine architectural, mais la route est longue jusqu'à la création de la Commission nationale des Monuments Historiques (1837) qui choisit le départemt de la Meurthe, à titre exceptionnel pour un premier inventaire.

Écoles, élèves et maîtres de l'enseignement primaire en Lorraine, sous le Second Empire
Jean-Paul Aubé - p 17
En Lorraine, au milieu de XIX° siècle, l'enseignement primaire est presque généralisé, mais les conditions matérielles de son exercice sont souvent précaires. Les écoles laïques cohabitent souvent avec des écoles congrégatioinistes ou concordataires. Une certaine liberté permet les innovations pédagogiques.

Février 1947, Édouard Vuillard en mission artistique dans les Vosges
Jeanne-Marie Demarolle - p 25
Vers la fin de la Première Guerre mondiale, le gouvernement envoya des peintres sur le front en « mission artistique ». Vuillard, envoyé à Gérardmer en février 1917, en ramena un journal qui relate les dures conditions de vie ainsi que des croquis qui inspireront plus tard ses oeuvres.

Aux origines de la sidérurgie lorraine : minette et production du fer avant le haut fourneau
Marc Leroy, Paul Merluzzon - p 35
La sidérurgie lorraine remonte au moins au VI° siècle. Les recherches archéologiques révèlent des détails techniques Sur la pratique des bas fourneaux qui utilisaient, dès cette époque, la minette lorraine, pourtant pauvre en fer.

L’histoire industrielle en France et en Lorraine : les mutations du discours sur l'industrie, la science et la technologie
Pascal Raggi, Denis WorOnoff - p 45
L’épopée de l'industrie sidérurgique en France, et tout particulièrement en Lorraine, s'écrit non seulement en termes économiques et techniques mais aussi en termes environnementaux et Sociaux. Le Musée de l'histoire du fer, qui célèbre ses cinquante ans d'existence, prend en compte tous ces aspects dans sa muséologie.

Journée doctorale de la Société d'histoire de la Lorraine et du Musée lorrain
Contributions de : Guillaume Bagard, Alexandre Louis, Jean Haubenestel, Michaël Picon, Alexandre Verdier - p 55

Chronique Vie de la Société - p 80
Vie régionale
Publications récentes
Nécrologie

 

L’épée de grand écuyer du duc Léopold, insigne témoignage de la souveraineté ducale
Pierre-Hippolyte Pénet et Dominique Prévôt p.103

Les collections du Musée lorrain viennent de s'enrichir de l'épée de grand écuyer portée par le prince Marc de Beauvau-Craon lors de la pompe funèbre du duc Léopold, en 1729. La charge de grand écuyer était l'une des plus prestigieuses à la cour de Lorraine.

L’hôtel de beauvau à Nancy - Une toiture en tuiles glaçurées, témoin d’une construction d’exception
Yann Vaxelaire p. 117

L'hôtel de Beauvau, construit à la fin du XVIème siècle à l'angle des actuelles rues Saint-Dizier et Dom-Calmet, a été profondément transformé au fil du temps. Une visite de terrain a permis d'y découvrir récemment des vestiges de toiture tout à fait exceptionnels.

La construction de la politique de conservation des Monuments historiques en Lorraine
II. Le rapport de Grille de Beuzelin sur les monuments des arrondissements de Toul et Nancy
Georges Poull p.125

Le rapport sur les monuments historiques des arrondissements de Toul et de Nancy, adressé en 1835 au ministre de l'Intérieur par Grille de Beuzelin est un document remarquable, pionnier en son genre. Il a servi à l'etablissement de la première liste de monuments classés du département de la Meurthe.

La messe de Stanislas et le modèle versaillais
Jean-Paul C. Montagnier p.139

L’usage de la messe basse accompagnée de motets et de la messe solennelle chantée en polyphonie a été adopté à Lunéville, d'abord par Léopold puis par Stanislas, mais avec des variantes par rapport au modèle versaillais.

Deux projets de salles de spectacle pour le duc de Lorraine au XVIIIe siècle
Raphaël Tassin p.147

Par goût de l'opéra et pour soigner son image de prince puissant, Léopold fit construire successivement pas moins de deux théâtres à proximité du palais ducal de Nancy. Seule la première salle fut érigée mais ces projets témoignent de la vivacité de la vie artistique et musicale à la cour de Lorraine sous son règne.

La musique instrumentale sous le règne de Stanislas Leszczynski : entre tradition et modernité
Pierre Pascal p.157

En l'absence de documents précis témoignant de la vie musicale à la cour de Lunéville, l'inventaire des partitions de musique instrumentale rassemblées par Stanislas, réalisé en 1764 et complété en 1765, nous renseigne sur les goûts musicaux du monarque, éclectiques, et très au fait de la vie musicale de son époque.

La Comédie, le Spectacle (1755-1792) : une programmation de musique française et germanique
René Depoutot p. 167

Une entreprise de divertissement, le Spectacle de Nancy, parvient, non sans difficultés, à animer la vie musicale nancéienne dans la seconde moitié du XVIIIème siècle. Les archives conservées nous montre que Nancy se situe alors musicalement au carrefour des influences françaises, italiennes et germaniques.

Vie de la Société, Vie régionale, Publications récentes, p.177