Back to All Events

Les influences de la réforme sur la musique liturgique et paraliturgique catholique en Alsace Lorraine au XIXe et au XXe

Jusqu'au XVIe siècle, dans l’Église catholique, la musique religieuse était chantée en latin dans le chœur, en monodie ou en polyphonie, toujours par des professionnels . Les réformateurs ont voulu rendre la musique au peuple, c’est-à-dire faire chanter l’ensemble des fidèles, y compris les femmes : c'est la naissance du chant d'assemblée, qui voit surgir une prosodie syllabique, rythmée et en langue vernaculaire. Il s'agit-là d'une véritable révolution, obligeant en retour la Contre-Réforme à opérer de nombreuses transformations au niveau des textes et de la musique du chant catholique romain. L'Alsace-Lorraine - de par sa position stratégique au carrefour des tensions et des échanges religieux - va connaître un bouleversement anticipé et un métissage caractéristique de sa musique catholique au contact des premiers chants réformés. Les influences sur la pratique religieuse, mais aussi sur la vie quotidienne en société, en seront importants : le style et l'esthétique du choral, ainsi que celle du psaume, deviennent dès lors des éléments de langage aussi inspirants que réunificateurs. La force des principes musicaux à l'oeuvre et leur ancrage dans la puissante congruence du système tonal influeront longuement sur la musique de nos régions, dépassant largement le cadre religieux.

Fabre Guin